Resumo

Updated 08/06/20

Le protocole de coopération scientifique signé entre l'IRD et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique malgache en 2013 définit les conditions de partenariat et les thématiques prioritaires nationales.  Le même protocole a été signé en 2018 par le MNHN.  

Les activités de recherche du MNHN

Le MNHN est le gestionnaire de l’Aire Protégée d’Antrema depuis 2000, et soutient le programme Sud Expert Plantes Développement Durable (SEP2D) pour la gestion de la biodiversité végétale en coopération avec de nombreux partenaires, au premier rang desquels l’Institut de recherche pour le développement.

Les liens qui unissent le Muséum à la Grande Île sont anciens et particulièrement forts. Depuis près de quatre siècles, les naturalistes du Muséum y ont découvert et décrit des trésors botaniques, zoologiques et minéralogiques. Très rapidement, les chercheurs de nombreuses disciplines des sciences naturelles et humaines y ont trouvé des sujets d’étude en partenariat.

Ces dernières années, le MNHN y a développé une approche intégrée de l’étude et de la préservation de la diversité biologique en créant, à la demande d’une communauté Sakalava du Nord-Ouest de l’île, le site Bioculturel d’Antrema. Cette communauté protège les propithèques couronnés (Propithecus coronatus), considérés comme des ancêtres, dans un environnement naturel exceptionnel. Le Muséum gère le site et y a installé une base de recherche. Il appuie depuis 18 ans des actions scientifiques, mais également de développement pour la population : écoles, puits, ou encore centres de santé, avec l’appui de nombreux bailleurs.

Les activités du MNHN à Madagascar sont résumées dans le document ci-après :

Les activités de recherche de l'IRD

Vie rurale à Madagascar

© IRD - Tiphaine Chevallier

Vie rurale à Madagascar : agricultrices au repos devant leur récolte, Imerintsiatosika, Région d'Itasy, Madagascar.

Gouvernance et transformations socio-économiques / Observatoires ruraux

  • Les projets de l'UMR DIAL

    Les études conduites par les chercheurs de l'UMR DIAL (Développement, Institutions et Mondialisation) portent sur l’économie du développement et l’économie internationale. Elles touchent plus particulièrement au marché du travail et à l’économie informelle, à la gouvernance, aux institutions et à la croissance. Les résultats de ces recherches ont une importante visibilité à Madagascar car ils concernent la société et les décideurs. Ces travaux de recherche sont conduits à Madagascar en collaboration avec la société civile, le Centre d’Etudes Economiques de l’Université d’Antananarivo, le Réseau des Observatoires Ruraux (ROR), COEF-Ressources et l’Institut National de la Statistique (INSTAT).

    A titre d'exemple, une évaluation de la réforme foncière à Madagascar a été conduite en partenariat avec l'Observatoire du foncier. Celle-ci a permis de capitaliser les acquis, tirer des enseignements et établir des perspectives sur la suite éventuelle à donner à cette réforme.

  • Les projets de l'UMI RESILIENCES

    L’UMI RESILIENCES, en partenariat avec l’Université Catholique de Madagascar, le Centre d'Etudes et de Recherches Economiques pour le Développement (CERED) de l’Université d’Antananarivo, l’Institut International de Sciences Sociales (IISS) et le Réseau des Observatoires Ruraux (ROR), mène des études sur la vulnérabilité et la résilience de différents groupes sociaux pauvres de Madagascar face aux chocs politiques, environnementaux et technologiques.

  • Les projets de l'UMR LPED

    L’UMR LPED (Laboratoire Population Environnement Développement) travaille sur les questions de population à Madagascar par le biais du programme DemoStAf, qui rassemble des instituts de recherche européens et africains (instituts de statistique nationaux et des centres de recherche). Il s'agit d'un programme d'échange de personnels (mobilité de personnels du Nord vers le Sud et du Sud vers le Nord). Le programme est construit autour de quatre thèmes : fertilité, mortalité, familles-ménages et éducation. Il se concentre sur l'analyse des données quantitatives de la statistique nationale.

  • Les projets de l'UMR CEPED

    En plus de la JEAI "RESOFEN" dans la thématique de la santé, l’UMR CEPED (Centre Population et Développement) participe à la formation par la recherche, sur la base d’encadrement de mémoires de Master 2e année et de thèses de doctorat, et d’enseignement dans le Master 2 "Population et développement" à l’Université Catholique de Madagascar (UCM).

Défrichage à Madagascar

© IRD - Cécile Bidaud

Les besoins des communautés paysannes de Makira-Est les poussent à conquérir des terres par cultures temporaires de vivriers sur défriche-brulis de forêts ou de recrûs.

Gouvernance, environnement et développement

  • Les projets de l'UMR GRED

    Les scientifiques de l’UMR GRED (Gouvernance, Risque, Environnement, Développement) travaillent sur les relations des sociétés à l’environnement. Une réflexion concernant les axes de collaboration scientifique entre l’IRD et ses partenaires historiques du Centre National de Recherches sur l’Environnement (CNRE) et du Centre d'Économie et d'Éthique pour l'Environnement et le Développement (C3EDM) est actuellement en cours, en particulier autour des instruments de l’économie verte.

    Quelques actions ont d'ores et déjà été mises en place :

    • Le CEPF a lancé un programme sur les financements innovants pour la gestion des aires protégées ; l’aire protégée d’Antrema, dont MNHN est le gestionnaire, en bénéficie.
    • La JEAI "EXPLORE" en partenariat avec le CNRE, l’Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques - Forêt & Agro-management (ESSA), ainsi que le Département de Biologie et d’Écologie Végétales de la Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, comporte trois axes de recherche : (1) l'utilisation des ressources, l'analyse des besoins, la valeur écosystémique, (2) l'analyse de la productivité et des limites de l’écosystème forestier et (3) la dynamique post-culturale, les mécanismes de régénération et la restauration.
  • Les projets de l'UMR DIADE

    A l’heure actuelle, l’UMR DIADE (DIversité - Adaptation - DEveloppement des plantes) conduit des études sur la biodiversité des caféiers sauvages endémiques de Madagascar. Celles-ci sont menées en collaboration avec le FOFIFA (Centre National de Recherche Appliquée au Développement Rural), pour (1) comprendre l’origine de cette biodiversité, son mode et sa capacité d’évolution ; (2) développer des méthodologies spécifiques pour la sauvegarde et la gestion des collections ex situ et (3) réfléchir aux différentes possibilités d’exploitation raisonnée de cette biodiversité.

  • Les projets de l'UMR URMIS

    L’UMR URMIS (Migrations et société) est impliqué dans un partenariat avec le département d’Histoire de l’Université d’Antananarivo et le Centre de Documentation et de Recherche sur l'Art et les Traditions Orales (CEDRATOM) de l’Université de Tuléar. Un projet sur la constitution d’archives sonores numériques et le développement d’enseignements et de recherches autour du thème « musique et sciences sociales » est actuellement en cours. Collaborations étendues à d’autres départements à Madagascar et à l’échelle régionale et internationale, s’inscrivant dans une volonté de mis en place d’un projet qui s'articule autour de trois approches : archivage, enseignement et recherche.

Agroécologie à Madagascar

© IRD - Tiphaine Chevallier

Les racines des légumineuses stimulent la vie microbienne du sol, impliquée dans l'amélioration de la fertilité minérale.

Sécurité alimentaire

  • Les projets de l'UMR Eco&Sols

    L'UMR Eco&Sols (Ecologie fonctionnelle & biogéochimie des sols & des agro-systèmes) conduit des travaux en collaboration avec les acteurs locaux de la recherche : le Laboratoire des Radio-Isotopes (LRI) et l'Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques de l’Université d’Antananarivo, le Centre National de la recherche Appliquée au développement Rural (FOFIFA), l’URP Scrid / UPR Biodiversité et Forêt / Systèmes de production d'altitude et durabilité à Madagascar (DP SPAD) du CIRAD et Agrisud International Madagascar.

    Ces travaux de recherche sont inscrits au Plan Directeur de la Recherche (PDR) "Agriculture, sécurité alimentaire et nutritionnelle" et au PDR "Changement climatique". L’instauration de pratiques agricoles alternatives, comme l’agriculture de conservation ou l’agro-écologie, doit permettre la promotion des systèmes de culture efficaces et qui sont en ligne avec les processus de lutte contre les impacts du changement climatique. Le maintien de la biodiversité des microorganismes est donc primordial pour que le sol assure trois services écosystémiques majeurs (production primaire, recyclage des nutriments et séquestration du carbone).

     

Miniatura
Des agriculteurs malgaches adoptent la pratique de l'agro-écologie

A Madagascar, de nouvelles pratiques agricoles se mettent en place pour lutter contre les changements climatiques et préserver la sécurité alimentaire des familles. Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial finance un projet de développement mis en œuvre par l’IRD, qui associe Agrisud International et des agriculteurs. Le film présente le partenariat entre recherche, ONG et population à travers la vie d’une famille malgache.

Affiches de sensibilisation de la population aux règles de santé et d'hygiène

© IRD - Thibaut Vergoz

Affiches de sensibilisation de la population aux règles de santé et d'hygiène dans les locaux de l'école primaire publique de Manarintsoa, dans les bas quartiers de Tananarive.

Santé

  • La formation universitaire

    La santé est un domaine de préoccupation majeure à Madagascar, notamment celle des mères et des jeunes enfants. Les recherches conduites dans ce domaine sont un enjeu primordial pour le pays. Toutefois,  bien que la demande soit réelle, il n’existe pas de qualification à Madagascar en anthropologie de la santé. L’Ecole Doctorale de l’Université Catholique de Madagascar (UCM) a été créée dans ce domaine en juin 2015 et les premières inscriptions en doctorat ont eu lieu en octobre 2015. L’IRD prend part à l’encadrement d’étudiants en Master 2 au sein du programme RESoRMa "Risques et enjeux sociaux de la reproduction à Madagascar". Plusieurs programmes de recherche impliquant des chercheurs de l'Institut sont actuellement en cours, dont le programme "Recours aux soins des femmes enceintes et des enfants" (RESOFEN, 2016-2019) conduit dans le cadre d'une Jeune équipe associée à l'IRD (JEAI).

  • Les projets de l'UMR NUTRIPASS

    Près de 50% des enfants d’âge préscolaire sont atteints de malnutrition chronique et environ 1 sur 8 souffrent de malnutrition aiguë. Pour prévenir l’apparition de ces formes de malnutrition et celle de maladies liées à des carences en micronutriments plus spécifiques (fer, zinc, vitamine A), des stratégies d’amélioration de l’alimentation et des pratiques de soins des individus vulnérables doivent être élaborées et évaluées dans différents contextes. C’est ce que s'emploient à faire les chercheurs de l’UMR NUTRIPASS (Nutrition et Alimentation des Populations aux Suds), en partenariat avec la faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo et l’ONG GRET Madagascar, et en concertation avec l’Office National de Nutrition. Leurs travaux visent à atteindre les objectifs définis dans le cadre de la Politique Nationale de Nutrition de Madagascar.

  • Les projets de l'UMR MIVEGEC

    Pour leur part, les chercheurs de l'UMR MIVEGEC (Maladies Infectieuses et Vecteurs : Ecologie, Génétique, Evolution et Contrôle) travaillent sur l’accès de toutes et tous à un système de santé de qualité. Ceci pourrait ainsi constituer un véritable levier de développement. Le travail est fait en lien avec l’ONG Pivot et renforcé par l’UMI Résiliences.

Navire océanographique

© IRD - Dorian Guillemain

Navire océanographique.

Sciences marines

  • Les projets de l'UMR ENTROPIE

    Les activités de l’UMR ENTROPIE (Écologie Marine Tropicale des Océans Pacifique et Indien) sont menées en partenariat avec l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IHSM), le Centre National de Recherches Océanographiques (CNRO), l’Université d’Antsiranana. Celles-ci concernent l’aquaculture et la gestion des écosystèmes coralliens. La Jeune équipe associée à l'IRD (JEAI) "Aquaculture et gestion des écosystèmes coralliens (ACOM) à Madagascar" a débuté en septembre 2016. Elle se fixe comme objectif à court terme d’acquérir une méthodologie et une approche qui soient opérationnelles et scientifiquement reconnues afin de répondre aux spécificités du pays et de ses régions.

    Des campagnes océanographiques ont également été conduites dans les eaux territoriales. En octobre et novembre 2016, le navire ANTEA a réalisé une mission du nord/est au nord/ouest de Madagascar dans le but d’évaluer la diversité spécifique et génétique des populations de bénitiers, coraux, holothuries et macroalgues sur 17 spots de plongée. En novembre 2019, a été organisée une campagne sur le zooplancton des monts sous-marins au sud de Madagascar.

  • Les projets de l'UMR MARBEC

    L’UMR MARBEC (Marine biodiversity, Exploitation and Conservation) travaille en collaboration avec l’Unité Statistique Thonière d'Antsiranana (USTA) sur l’observatoire thonier afin d’asseoir le système statistique sur les thons.

Atelier de formation à Madagascar

© IRD - Jean-Michel Boré

Atelier de formation à Madagascar

Information spatiale et numérique

  • Les projets de l'UMR Espace-Dev

    A la suite d’une mission de chercheurs de l’UMR Espace-Dev (Espace pour le développement), l’intérêt pour un meilleur accès aux données de télédétection s'est accru. La consolidation des capacités liées à l’utilisation des données et instruments de télédétection s'est révélée essentielle pour Madagascar. L’IRD est impliqué dans un projet national pour la télédétection conduit par le Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique (MESupReS) ; l'objectif de l'Institut est de permettre à Madagascar de structurer sa demande et de mener à bien le projet. La représentation, le réseau GeoDEV?GeoDEV est un réseau de centres de compétences autour de l’observation spatiale, issu de l'association entre l'IRD (UMR ESPACE-DEV), le Cirad (UMR Tetis) et le Cnes (programmes environnement continental et hydrologie). et une équipe de l’UMR GRED assurent cet appui. La mise en place d’un Pôle de Compétence Nationale de l’Observation Spatiale est actuellement en cours. Nombreux sont les partenaires nationaux qui contribuent à la réalisation de ce projet, notamment à travers le Comité Intersectoriel de la Télédétection de Madagascar (CITM).