Resumo

Updated 12/06/20

Pour mener à bien ses projets de recherche, l’IRD promeut la mise en place d’instruments de partenariat comme les Laboratoires mixtes internationaux (LMI), les jeunes équipes associés (JEAI) ou encore les groupements de recherche au Sud (GDRI). Ces partenariats, qui s’appuient sur les Unités Mixtes de recherche Française (UMR), sont porteurs d’inter-institutionnalisme, de transdisciplinarité, voire de trans-régionalité et participent activement aux avancées de la recherche scientifique.

Unités de recherche françaises et internationales : UMRs et UMI

Les Unités mixte de recherche (UMR) sont des structures administratives constituées par la mise en commun par différents établissements d’enseignement supérieur et de recherche de moyens humains et matériels fondée sur une stratégie et un projet scientifique communs. Les Unités de mixtes internationales (UMI) sont des structures opérationnelles de recherche et de formation, dont le fonctionnement est comparable à celui d’une Unité Mixte de Recherche (UMR) en France. Une UMI comprend plusieurs tutelles au Nord : l’IRD et ses partenaires, et au Sud : des établissements partenaires.

16 unités mixtes de recherche (UMR) et 2 unités mixtes internationales (UMI) travaillent avec le Burkina Faso :

  • CEPED, Centre population et développement
  • DevSoc, Développement et sociétés
  • ECO&SOLS, Écologie fonctionnelle et biogéochimie des sols et des agro-écosystèmes
  • G-EAU, Gestion de l'Eau, acteurs et usages
  • GET, Géosciences environnement Toulouse
  • GRED, Gouvernance, risques, environnement, développement
  • HSM, HydroSciences Montpellier
  • IMAF, Institut des mondes africains
  • INTERTRYP, Interactions hôte-vecteur-parasite-environnement dans les maladies tropicales négligées dues aux trypanosomatidés
  • IPME, Interactions plantes-microorganismes-environnement
  • LPED, Laboratoire population-environnement-développement
  • LSTM, Laboratoire des symbioses tropicales et méditerranéennes
  • MIVEGEC, Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle
  • NUTRIPASS, Nutrition et Alimentation des Populations aux Suds
  • PALOC, Patrimoines locaux et gouvernance
  • RESILIENCES, Résiliences
  • SESSTIM, Sciences économiques et sociales de la santé et traitement de l'information médicale
  • TransVIHMI, Recherches translationnelles sur le VIH et les maladies infectieuses

 

Les laboratoires mixtes internationaux (LMI)

Les laboratoires mixtes internationaux (LMI) sont un outil pour l’IRD dans sa mission d’appui au renforcement et au rayonnement international des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche des pays en développement (PED). Co-construit et codirigé par des équipes issues d'institutions de recherche et d’enseignement supérieur des PED et d’unités mixtes de recherche, les LMI ont pour vocation de devenir une structure opérationnelle de recherche durable sous la responsabilité du pays partenaire.

Quatre laboratoires mixtes internationaux (LMI) sont installés au Burkina Faso :

  • LMI LAMIVECT « Maladies à vecteurs en Afrique de l’Ouest » (2011-2019)
  • LMI IESOL « Intensification écologique des sols cultivés en Afrique de l'Ouest » (2012-2018)
  • LMI PATHO-BIOS « Observatoire des agents phytopathogènes en Afrique de l’Ouest : biodiversité et biosécurité »  (2013- 2022)
  • LMI MOVIDA « Mobilités voyages innovations et dynamiques dans les afriques méditerranéenne et subsaharienne » (2016-2020)
card discover

© IRD, Thierry Baldet

Moustiques capturés en tube par les étudiants du MIE sur le terrain.

Jeunes équipes associées à l’IRD (JEAI)

Le programme Jeunes équipes associées à l’IRD (JEAI) a pour objectif de contribuer à l’émergence et au renforcement de nouvelles équipes de recherche dans les pays du Sud dans le cadre d’un partenariat scientifique avec une unité de l’IRD. Il s’adresse à des chercheurs et enseignants-chercheurs du Sud travaillant sur une thématique commune et qui souhaitent se structurer en équipe de recherche

Deux projets JEAI sont en cours au Burkina Faso :

  • JEAI PALUNEC « Rôle des sources naturelles de nectars sur la transmission du paludisme et contribution des vecteurs aux services écosystémiques » (2019-2021)  
  • JEAI FASOLITH « Géodynamique intégrée d’une portion de lithosphère cratonique exemple du Burkina Faso » (2018-2020)

 

Groupement de recherches internationales (GDRI) 

L’ambition de ce GDRI est de constituer une équipe ouest-africaine spécialisée sur les questions des accidents de la route et des traumatismes, pour mener à bien des recherches utiles à la compréhension et la diminution de ces événements. Les équipes sont composées de chercheurs issus de disciplines variées et complémentaires permettant d'appréhender ce sujet de manière transversale, depuis la question des transports jusqu’à la santé des populations.

  • GDRI TRAUMA « Groupe de recherche international » (Octobre 2018-2022).

 

Financement de thèses : les bourses ARTS

Les allocations de recherche pour une thèse au Sud (bourses ARTS) s’adressent aux doctorants des pays du Sud qui réalisent une thèse de doctorat dans le cadre d’un partenariat entre une équipe de recherche du Nord et une équipe de recherche du Sud.

En ce moment au Burkina Faso, six projets de thèse sont soutenus par cette bourse :

  • Ruptures d'unions et mutations des pratiques matrimoniales au Burkina Faso : approche comparée des espaces urbains, semi-urbains et ruraux (cas de Bobo-Dioulasso, Ouahigouya et Yako), de Konkobo Adjara, Burkinabé, (2015 – 2018)
  • Développement d'outils biotechnologiques basés sur le riz et sur le virus de la panachure jaune du riz pour la production de protéines à haute valeur ajoutée, de Bamogo P. Kader Aziz, Burkinabé, (2016 – 2019)
  • Communautés bactériennes des parties aériennes du riz au Burkina Faso : facteurs de structuration et conséquences épidémiologiques, de Barro Mariam, Burkinabé (2018 - 2020)
  • Identification des stimuli utilisés par les femelles du complexe Anopheles gambiae dans la recherche à distance des essaims de mâles, de Poda Bèwadéyir Serge, Burkinabè (2017 – 2020)
  • Variation génétique et environnementale de la durée d’incubation extrinsèque de Plasmodium falciparum, l’agent responsable de la forme sévère du paludisme humain, et conséquences pour les mesures de contrôles, de Guissou Edwige, Burkinabé (2018 – 2021)
  • Pegmatites à métaux rares en Afrique de l'Ouest, de Bonzi Wiledio Marc-Emile, Burkinabé, (2017 – 2019)